Réduire ses déchets dans la salle de bain


Beauté, Lifestyle / vendredi, octobre 4th, 2019

Cette année, j’avais un objectif très clair. Réduire mes déchets.

Réduire ses déchets, c’est changer ses habitudes de consommation et incorporer dans sa vie,  de nouveaux gestes.
Ce qui peut s’avérer être très compliqué au départ surtout si on ne sait pas par où commencer.
Le plus important est d’y aller à son rythme. Voici  quelques astuces qui je l’espère vous inspireront…

 

 

Le visage

Je vous avais brièvement parlé de ma brosse en bois pour le visage dans mon article sur le brossage à sec.

Je me sers principalement de cette brosse en début de journée car le soir je me démaquille et me lave le visage plus en profondeur pendant ma douche.

Le matin j’opte pour quelque chose de plus léger et plus doux afin de préserver le film hydrolipidique de ma peau.
Le film hydrolipidique est une sorte de barrière naturelle dont le but est de protéger la peau des bactéries et de réguler l’hydradation.
Trop se laver fragilise cette barrière.

Donc,  comme j’ai déjà pris soin de me nettoyer le visage la veille au soir,  au réveil mon objectif principal est surtout de me débarrasser des petites poussières de la nuit afin de laisser ma peau respirer.

J’utilise dans un premier temps ma brosse pour le visage sur peau sèche. Puis je rince avec de l’eau et je tapote doucement ma peau avec une serviette visage réutilisable. Je termine par quelques vaporisations d’eau de rose  et un peu de crème hydratante.

Les oreilles

J’ai récemment troqué mes classiques cotons tiges par un Oriculi. Il s’agit d’une appellation déposé par la marque Lamazuna qui décrit un cure oreilles en bois de bambou.
Ce petit outil est utilisable à vie et vendu accroché à un petit bout de carton… Plus écolo que ça tu meurs.

Contrairement aux cotons tiges classiques qui ont plutôt tendance à pousser le cerumen au fond de l’oreille qu’à le supprimer, L’oriculi, lui, permet de se débarrasser de l’excédent de cette cire d’oreille.
Rappelons que le cérumen à son rôle à ajouter dans le bien être de l’oreille. En effet, il a trois actions principales.

  • Nettoyer ( en retenant les squames puis en les évacuant)
  • Lubrifier (afin d’hydrater la fine couche cornée et ainsi éviter les irritations)
  • Protéger (vis à vis des corps étrangers)

Elle est donc primordiale et le but est finalement de ne se débarrasser que du surplus inesthétique.

Utilisation:
L’utilisation est simple. Il suffit de gratter l’entrée de l’oreille avec le bout incurvé afin de recueillir l’excèdent de cerumen. Inutile d’aller plus loin au risque d’endommager le tympan.
A utiliser une à deux fois par semaine maximum.

Pour ma part, je le désinfecte avant et après utilisation.

Le nez

 

Se laver les oreilles ou les dents nous semble indispensable mais pensons nous à nous laver le nez?

Lorsque je suis tombée malade à mon retour d’Angleterre (oui oui passer une journée sous la pluie et espérer ne pas le payer un peu plus tard était naïf de ma part…), j’ai entre autre chose passé une journée entière au travail à me moucher.

A mon retour de cette journée , mon premier réflexe a été de me laver le nez à l’aide de mon pot Neti. Cela a été très efficace car dès le lendemain, non seulement je n’avais plus besoin de mouchoirs mais en plus de cela je respirais bien…

Quesako un pot neti?

Il s’agit d’un pot en forme de théière , que l’on peut trouver en matière plastique, céramique ou porcelaine (sur internet ou bien en pharmacie) que l’on rempli d’eau salée et qui permet de se nettoyer le nez en profondeur.
Il est généralement utiliser pour traiter un rhume, une sinusite, des sinus encombrés, des allergies… mais aussi simplement pour favoriser une meilleure respiration.

Comment l’utiliser?

Le point essentiel de cette pratique est d’utiliser de l’eau stérile ou filtrée bouillie pendant au moins 5 minutes. N’utilisez surtout pas d’eau du robinet car celle ci  pourrait contenir des bactéries et vous causer de graves problème.

Avec le pot,  est vendu une petite cuillère doseuse qui permet de doser la quantité nécessaire de sel. La cuillère ne doit pas être bombée.

Première étape: Il faut remplir le contenant d’eau tiède, entre 37°C et 40°C. N’hésitez pas à tester la température de l’eau sur votre poignet pour vérifier que celle ci n’est pas trop chaude.

Deuxième étape: Remplir de sel non iodé la cuillère doseuse.( Éviter le sel type La baleine qui est raffinée, je me sers du sel de Guérande non iodé mais le top du top reste le sel de montagne blanc) Si votre solution vous pique le nez, c’est qu’elle contient ou bien trop de sel ou bien qu’elle n’en contient pas assez.

Troisième étape: Bien mélanger le sel jusqu’à dissolution totale dans l’eau.

Quatrième étape: Au dessus d’un lavabo, il faut se pencher en inclinant le buste vers l’avant, puis poser délicatement l’embout à l’entrée d’une des deux narines puis pencher la tête du côté inverse pour faire couler l’eau d’une narine vers l’autre, en respirant uniquement par la bouche.

Lors de la première utilisation, il vous faudra un peu de temps avant de trouver la position qui vous convient le mieux. Si vous avez le nez très bouché, il se peut que l’eau passe par la gorge. Dans ce cas, Basculez  plus vers l’avant et continuez de verser l’eau dans vos narines.

En cas d’encombrement important, il est parfois nécessaire de passer cinq à dix minutes pour que les sinus se débouchent. Renouvelez ensuite de l’autre côté.
Une fois le pot vidé, il faut se débarrasser de l’excédent d’eau en se mouchant très doucement.
Les bienfaits de cette pratique s’observent très rapidement. Notamment une sensation de propreté intérieure et de bien être.
Et oui, car bien respirer est le début de tout.

Il est impératif d’être très rigoureux au niveau de l’hygiène de son matériel. Il faut nettoyer son pot néti avant chaque utilisation avec de l’eau et du savon. Veillez à bien sécher votre pot avec un linge propre ou un mouchoir à usage unique. Il doit être totalement sec avant utilisation.

Les dents

 

Le lavage des quenottes en mode zéro déchets ou presque se joue sur deux points. La brosse à dents et le dentifrice.

Pour la Brosse à dents, j’ai troqué ma brosse en plastique à embout interchangeable pour une brosse à dents en bambou de la marque Humble Brush qui est 100% recyclable.

Humble  est une marque Suédoise aux valeurs très intéressantes. Cette entreprise s’intéresse à l’impact tant à la production qu’à l’utilisation de ces articles et tente de réduire au maximum son empreinte écologique.
De plus, The Humble Co. s’investit dans de nombreuses missions humanitaires via son association Humble Smile Foundation.
Pour chaque brosse à dent vendue, une partie des bénéfices est reversée à des associations prodiguant des soins dentaires aux enfants démunis.

Pour mon frère, j’ai pris une brosse à dent en bambou de la marque française BBH, qui se sent elle aussi très concerné par l’avenir de notre planète et s’engage à replanter des arbres pour compenser son impact sur l’environnement.

Je trouve que ça fait vraiment du bien de se trouver face à des entreprises comme celle ci  qui font de leur mieux pour faire avancer les choses en réduisant leur impact écologique et en s’investissant en proposant des produits moins nocifs pour notre chère planète.

Pour le dentifrice, c’est une autre paire de manche. J’ai testé le dentifrice solide de la marque lamazuna mais je n’ai pas du tout été convaincue.
J’ai respecté les conseils à la lettre mais j’avais la désagréable sensation de me laver les dents sans dentifrice.

En revanche, j’ai davantage été conquise par le dentifrice solide de la marque Pachamamaï black is black. Même s’il ne s’agit pour le moment que de mon dentifrice de voyages, je continue mes recherches pour trouver le dentifrice solide idéal…

Huile de coco : un antibactérien naturel

Le saviez vous?

L’huile de coco (de préférence vierge et bio) a la particularité, de part sa composition de réduire les bactéries et levures à l’origine des caries et de la plaque dentaire.

De plus, elle permet de capter les bactéries liposolubles qui se cachent entre les dents et que les dentifrices ou bains de bouche traditionnels ne permettent pas d’éliminer.

En quelques mots,  voici les principaux bienfaits de l’utilisation de cette huile dans les soins bucco dentaire :

  • Dents plus blanches, plus brillantes, gencives plus saines
  • Réduction des inflammations des dents et des gencives (gingivites, développement de caries, saignements des gencives au cours du brossage)
  • Réduction de la plaque dentaire (action anti-fongique)
  • Soulagement des douleurs dues à une crispation des muscles des maxillaires ou au serrage de dents
  • Élimination de la mauvaise haleine due à une présence de microbes stagnant dans la bouche ou à une trop grande quantité de tartre.

Après brossage des dents, déposez une noisette d’huile de coco sur votre brosse à dent et procédez à un nettoyage complémentaire. (Pour rappel: l’huile de coco a une forme solide dans une pièce en dessous de 24°C.)
Les premiers effets se font remarquer à partir de 10 jours d’utilisation quotidienne.

Bien sur , cela ne remplace pas une visite annuelle chez notre cher ami le dentiste…

Les cheveux

 

Pour les cheveux j’ai testé depuis plusieurs mois Le shampoing solide de la marque Lamazuna.

Il se présente comme sur la photo au dessus.

Au départ, j’étais un peu septique mais une amie m’en avait dit le plus grand bien.
Après quelques lavages, j’étais conquise.

Pour l’utiliser, il suffit de mouiller ses cheveux et de frotter ce savon en forme de cannelé à chaque niveau du crane.
Pour ma part j’en mets sur le dessus, puis je relève mes cheveux et j’en mets en dessous et ainsi de suite jusqu’à ce que toute la surface de mon crâne soit couverte de savon.
Je n’en mets qu’aux racines car lorsque je rince le shampoing, il s’étale jusqu’aux pointes.
Ainsi, chaque partie du cheveu est propre et nette.

Je suis totalement convaincue et convertie.

Le seul petit hic est le prix. Je l’ai eu pour 9,65€ en magasin bio. Ce qui fait un peu cher à mon gout pour un shampoing.
J’ai eu l’occasion de réfléchir à deux solutions.
Ou bien il est possible de l’avoir un peu moins cher sur le site de AuroreMarket (moyennant un abonnement ce qui peut être très intéressant et vite rentabilisé si vous êtes intéressés par ce type de produits) ou bien opter pour le shampoing solide maison DIY.

Je tenterais la deuxième option prochainement et vous en dirait plus…

Le corps

Pour le corps, je privilégie le savon. Mais pas n’importe quel savon. Je le prends bio et surgras.

Parce que, bon les savons qui au lieu d’avoir des propriétés nettoyantes ont des propriétés décapantes et qui laisse la peau sèche et assoiffée je dis non merci.

Je n’ai pas de marque particulière à préconiser. Je dirais qu’il faut surtout choisir un savon adapté à son type de peau. (Petite préférence pour le savon certifié d’Alep qui est de très bonne qualité)

Bilan:

Voici donc les quelques gestes zéro déchets que  j’ai mis en place ces derniers mois.  Nous remplissons de moins en moins  nos sacs poubelles et c’est une petite victoire bien appréciable.

Bien sur, certains gestes mettent plus de temps à devenir des réflexes que d’autres mais je pense qu’il est important de garder en tête que ce sont  les petits gestes qui font les grands changements.

Je prévois d’ailleurs un article plus complet sur les déchets produits par notre condition de femme prochainement.

Très bonne journée à tous et à bientôt

 

Aurélie

 

4 réponses à « Réduire ses déchets dans la salle de bain »

  1. Pour la douche, j’ai opté de mon côté pour du savon de Marseille de chez La Corvette (que j’utilise aussi en lessive et en liquide vaisselle) mais aussi du savon d’alep à 40% de laurier pour changer un peu. Après pour le voyage, on a opté pour un savon 18 en 1 ultra pratique du Dr. Bronner’s.

    1. Merci beaucoup pour ce passage, et surtout pour avoir pris le temps de lire mon article.
      Ce n’est pas toujours simple. Mais parfois, c’est moins compliqué qu’on ne le pense. Et puis ne serait ce que faire l’effort d’essayer est déjà une petite victoire. Bravo Camille =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *