Je ne souhaite pas devenir maman


Lifestyle / dimanche, avril 28th, 2019
A presque 30 ans, il y a une question qui revient souvent. Pourquoi n’ai je pas encore d’enfants?

J’ai toujours considéré que j’étais la seule maitresse de ma vie, de mes choix, de ma destinée.
C’était sans compter  sur Monsieur et Madame « je suis dans la norme et j’ai le droit de commenter ce qui ne me regarde pas ».

Et oui, parce qu’une femme sans enfant à forcement raté sa vie. Un homme ce n’est pas grave, il a une carrière . On lui pardonne.
Mais une femme sans enfant, il y a forcément un truc qui cloche quelque part. (Est elle stérile? asexuée? folle?  autre?)
C’est qu’il faut le rentabiliser ce corps crée de toutes pièces pour amener la vie. A quoi ça sert d’avoir la possibilité d’enfanter  si ce n’est pas pour en faire usage? C’est vrai, je veux dire « C’est le rôle de la femme » après tout.

Un choix imposé

Nous sommes conditionnées à devenir maman depuis notre plus jeune âge. Les garçons jouent avec un ballon ou bien des voitures et les filles avec des bébés et des poupées.

Le message est clair : plus tard ma fille, tu seras belle pour trouver un gentil garçon, te marier et faire des enfants.

Je ne me souviens pas avoir entendu une seule fois quelqu’un remettre ce choix en cause.  Car oui, faire des enfants, au cas où vous ne seriez pas au courant n’est ni une obligation ni un chemin tout tracé. C’est un choix.
Un choix personnel. Personne n’a le droit de tenter de vous imposer sa vision des choses.

D’ailleurs, Je suis sure que j’ai pris davantage de temps à réfléchir si oui ou non je voulais des enfants que toutes les personnes qui se conforment bêtement à ce schéma.

D’une certaine manière, on ne peut pas leur en vouloir. C’est si confortable d’être dans la norme. Personne ne t’embête, tu as fait ce qu’on attendait de toi et petit bonus tu peux critiquer et juger les choix des personnes qui décident d’emprunter un autre chemin. Je vous le dis c’est si bon d’être dans la norme …

1) Tout le monde n’est pas fait pour être parents

La définition de parents

Alors oui, ça ne va peut être pas plaire, mais c’est la chose la plus vraie qui soit. De mon point de vue, être maman est un métier à part entière.

Tout le monde n’est pas fait pour le métier de boulanger. Il en va de même pour celui de parents.
Certaines personnes deviennent parents alors qu’elles auraient mieux fait de s’abstenir.
Mais avant toutes choses, rappelons la définition de parent : Le terme parent, relatif à la famille, désigne la personne qui élève et protège l’enfant.

Ça c’est ce que dit le dictionnaire. Je pense que nous pouvons approfondir cela . Être parent c’est aimer de manière inconditionnelle son enfant. C’est lui permettre d’avoir tous les outils nécessaires pour faire son entrée dans la vie. ( des outils tels que la confiance en soi, la bienveillance, le respect, l’autonomie). Assurer une sécurité financière et morale.

Différentes catégories de parents

Force est de constater que tout le monde ne possèdent pas la capacité d’offrir tout cela à un enfant.

Je suis tombée à tout hasard sur un livre de la psychotérapeute Susan Forward intitulé « Ces mères qui ne savent pas aimer ».
Elle y dénonce 5 catégories de femmes qui ne sont clairement pas faite pour remplir ce rôle.

La mère qui:

  • est maladivement narcissique
  • est maladivement accaparente
  • à tendance control freak
  • a besoin d’être maternée
  • néglige, trahis et bat

Avoir une mère qui se trouve dans cette catégorie là n’est vraiment pas facile à vivre en tant qu’enfant et  peut même vous ruiner la vie. Susan ajoute  quelques témoignages à son livre et s’en est poignant.
Le fait de retrouver ce genre de catégorie pour des mamans montrent bien que certaines femmes (dans ce cas de figure il s’agit de femme mais il y a surement la même chose pour les hommes) ne sont pas faite pour mettre au monde un petit être qu’elles ne seront pas en mesure de rendre heureux. Mais je suis sure qu’il y a bien d’autres catégories.

Elle met en avant un point de vue intéressant et explique que bien souvent, ces femmes cèdent à la pression et font des enfants sans réellement en vouloir.( Je ne parle pas des cas où il ne s’agit que d’un accident).
Et dans ce cas de figure nous n’avons plus une mais deux personnes malheureuses. Et  parfois ça va très loin.
Je sais que je suis idéaliste, mais quand je vois la première de couverture des affreux magazine de faits divers type Détective, où les histoires entre parents et enfants sont à vomir, je ne comprends pas comment on peut en arriver là.

Parfois il n’y a pas de feeling entre parents et enfants

C’est l’affreuse vérité mais impossible de le nier. Parfois il n’y a aucune entente entre parents et enfants. Les caractères sont parfois trop difficiles et/ou incompatibles, les convictions trop diff