Augmentation mammaire mon expérience Etape n°3 : Les rendez vous#1


Beauté / lundi, janvier 14th, 2019

Suite à la dernière entrevue avec ma chirurgienne, j’ai envoyé, comme elle me l’avait suggéré,  le document de demande de prise en charge à ma sécurité sociale sans tarder.

1) Rendez vous à la Sécurité Sociale

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont été très réactifs ! Véridique, mon rendez vous était le 10 septembre dernier, le 13 septembre, je recevais un sms me proposant un rendez vous avec un médecin.
J’avais donc rendez vous le 19 .  (si je ne me trompe pas, s’il n’y a pas de réponse de la part de la sécurité sociale  sous 15 jours, la prise en charge est acceptée d’office, cela expliquerait la rapidité de leur retour). Je ne vais pas me plaindre de leur efficacité, j’étais excitée comme une puce.

En revanche, le jour j, c’était une tout autre histoire.  J’étais un peu stressée car ma collègue m’avait informé que j’allais être reçue par un homme.
Elle le savait d’une amie qui avait été reçue par ce même service.
Lorsque je me suis rendue au rendez vous et que je me suis présentée à l’accueil, j’ai vraiment été surprise par l’ambiance vieillotte que dégageait le lieu.

L’antenne était située derrière le bâtiment de la sécurité sociale que je fréquentais d’ordinaire. Je n’étais jamais venue ici.
Une fois présenté à l’accueil, La secrétaire me fait passer par une petite porte et me laisse patienter dans la salle d’attente.
J’attendais tranquillement dans ce lieu venu d’un autre temps, le stress se propageait dans chaque fibre de mon corps. (je tiens à préciser que je suis d’un naturel stressé donc c’est une situation que je connais plutôt bien mais là, la situation était , je le pense, bien plus stressante qu’une situation stressante classique)

Lorsque la porte du bureau s’ouvre… je ne suis pas étonnée d’être reçue par un homme. Mais je commençais à être vraiment mal à l’aise.

Il m’invite à m’asseoir devant lui et consulte ce que je suppose être mon dossier sur son ordinateur. Il me pose quelques questions en même temps:  « Est ce que votre sœur a une poitrine similaire à la votre? » (heu peut être aurait il mieux fallu me demander si j’en avais une … de sœur) . Quel est la taille de soutien gorge de votre mère? (mais qu’est ce que j’en sais moi?), votre poitrine a toujours eu cette taille? Pourquoi le faire maintenant?

Puis arrive le moment tant redouté… il me demande de me mettre torse nu. . Je suis embarrassée et il le voit. Bon en même temps, difficile de cacher un malaise lorsqu’il se lit sur le visage de quelqu’un.
Mais, pour être tout à fait honnête, je n’étais pas uniquement gênée parce que j’avais affaire à  un homme , je l’étais aussi parce que son attitude hautaine et froide me décontenançait.  Il me demande donc si je souhaite qu’une de ses collègues féminines soit présente. Je lui dis que non mais il insiste. Je me retrouve donc à devoir exposer ma poitrine à deux personnes. Ce moment fut vraiment horrible. Sans un mot il m’observait, et moi je regardais le plafond.

Au bout de ce qui me semble être une éternité, (même si je suppose que ça n’a duré que quelques minutes) il m’autorise à me rhabiller.Lorsque je m’exécute, je le vois regarder sa collègue et lever les yeux en l’air. (l’air de dire quelle crucruche celle là !!).

Il a ensuite fait une remarque sur mon soutien gorge. Notamment le fait que je ne le remplissais pas (du 80A) et m’a demandé pourquoi je ne mettais pas quelque chose à ma taille. J’ai bredouillé une excuse bidon.

La vérité c’est que je ne me voyais pas lui expliquer : « Et puis quoi encore? tu veux que je mette du 16 ans? elle est où ma dignité là dedans? Si je mettais un soutien gorge plus petit  ou bien une brassière, tout le monde pourrait voir à quel point je suis plate. Réellement plate. Et ça, ce n’est pas concevable !!!!! Même dans mes pires cauchemars je ne mets pas de brassières, c’est pas pour en mettre dans le monde réel !!! »

Le verdict

Il a ensuite délibéré…  » Bon ce n’est pas si catastrophique que ça mais je vous l’accorde,  j’envoie directement l’accord à votre chirurgienne ».

Je comprends que par rapport à des femmes ayant allaité ou même celles ayant subit les conséquences d’un cancer  ma poitrine n’est pas « catastrophique ».  Je l’entends sans difficulté.

Mais j’ai vraiment trouvé cette phrase vexante. Comme s’il minimisait mon mal être, celui que je vis depuis de nombreuses années. Je n’ai pas pu  m’empêcher de me demander comment un homme pouvait juger un problème qu’il ne rencontrerait jamais. Comment pouvait  il juger un problème de femme?

Je me suis contentée de le remercier (tout en me demandant pourquoi ce type de dossier n’était pas traiter par des femmes) et de le saluer.
Je n’ai pas du tout apprécié cette entrevue. j’ai trouvé le médecin condescendant , tant dans son regard que dans ses paroles.

2) Accord obtenu, Prochaine étape: date d’intervention à fixer.

Mais le plus dur était fait. Une nouvelle étape de franchie.
A partir du moment où tu obtiens l’accord, tu as 8 mois il me semble pour te faire opérer. J’ai donc opté pour le mois de janvier. Je trouvais qu’après les fêtes de fin d’année ce serait parfait.
J’ai ensuite contacté ma chirurgienne et nous avons fixé ensemble l’intervention pour le 28/01/2019. Une bonne façon de commencer l’année.

 

J’ai ensuite reçu un gros dossier de la part de ma chirurgienne. Il contenait :

  • Deux exemplaires du devis (dont un à lui retourner signé)
  •  Deux exemplaire de Consentement éclairé mutuel (dont un à lui retourner signé)
  • Un passeport d’hospitalisation
  • Une fiche d’information concernant l’intervention à lire (et relire) et à conserver
  • Une convocation à la consultation pré anesthésique
  • Une ordonnance pour la mammographie
  • Une ordonnance pour le Z-bra

J’ai méticuleusement pris connaissance de chaque document. Il était temps de passer à la seconde étape.

3) La mammographie

Le scanner

Prochaine étape la mammographie. Comme je souhaitais à tout prix être reçue par une femme je n’ai obtenu un rendez vous qu’en novembre. Mais ça m’allait très bien. Le jour j, je me suis donc présentée au rendez vous. Les locaux étaient plus modernes, plus accueillants. L’ambiance n’avait rien à voir avec celle de mon précédent entretien. Je me sentais déjà plus en confiance.

Je me suis rendue au premier étage, ai donné mon ordonnance à la secrétaire et suis allée patienter comme  la petite dame me l’avait suggéré.
Au bout d’un bon quart d’heure, je suis  appelée par la manipulatrice de scanner et on me fait entrer dans une petite pièce.
On me demande d’enlever mon haut et de me rendre dans la pièce d’à côté dès que je serais prête

Là, je me retrouve face à une étrange machine. Je dois bien reconnaitre que de prime abord, elle est effrayante. Bon, il faut dire que c’est en fait carrément justifié.

La jeune femme m’explique gentiment que je dois m’avancer. Je m’exécute et elle me place du mieux qu’elle peut pour récupérer les clichés.
Comment dire…ce moment fut tout simplement ho-rri-ble. j’essaye chaque jour d’oublier ce souvenir. (bon là, j’avoue, j’exagère un peu, bien que?)

C’est pas compliqué, elle attrapait mes riquiqui cerises, tirait dessus et tentait tant bien que mal de les compresser entre les mâchoires de l’appareil.
C’était même un peu douloureux par moment. Une fois la pose prise, je ne bouge plus et j’attends le : » On ne respire plus » on retient la respiration… Puis elle me libère avant de s’occupe de ma deuxième cerise griotte.
Je ne pense pas que cette partie ait duré très longtemps mais ça m’a vraiment semblé durer une éternité. Le fait d’être « compressé » est très perturbant.

Malgré tout, j’ai trouvé la manipulatrice incroyable. Je suis vraiment étonnée, encore aujourd’hui, qu’elle ait réussi à obtenir de bons clichés malgré les difficultés que ma morphologie lui imposait.

L’échographie

Et oui, en fait il y avait deux parties. Place à l’échographie.

La manipulatrice de scanner m’installe donc dans la petite salle à côté où j’ai attendu allongée , torse nu au bas mot 20 minutes.
Puis une femme médecin, très douce, très gentille et avec un accent  vraiment charmant est arrivée.
Elle m’a demandé de me mettre de côté et a étalé sur mon sein gauche un gel froid et visqueux (ma hantise !!!). On respire.

Elle s’est ensuite servi d’un petit appareil pour son examen qu’elle a glissé sur le gel et est apparu sur l’écran les profondeurs cachés de mon torse. Cette partie là non plus n’était pas agréable car c’était sur le coté du sein. Je ne sais pas si vous allez comprendre cette sensation mais j’ai les poils qui s’ hérissement rien que d’y penser.
Bref cela a peut être duré une petite dizaine de minutes et elle m’a ensuite annoncé que tout allait bien.

Halleluya! j’ai enfin pu essuyer cette horrible gel (dégouuuuuut) et me rhabiller. Enfin je récupérais un semblant de dignité.
La secrétaire m’a annoncé que j’aurais mes résultats dans quelques jours.

Bilan

En ce qui concerne la mammographie, je dirais que même si l’examen en lui même a été désagréable, le contact humain : chaleureux et cordial m’a permis de me détendre et de trouver ce moment finalement bien plus supportable que la simple visite à la sécurité sociale. Comme quoi, un peu de gentillesse peut apporter bien plus qu’on ne le pense.

Une fois récupéré le compte rendu j’ai fait parvenir à ma chirurgienne :

– Une copie de compte rendu de mammographie
– Un exemplaire de devis signé
-Un exemplaire de consentement signé

A venir

Mon rendez vous pré anesthésique est déjà pris depuis un moment. J’ai rendez vous mardi prochain.

Dans moins de deux semaines… c’est le jour j…

Prenez soin de vous et à bientôt.

 

Gahonali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *