Comment attirer la chance et être son propre porte bonheur?


Lifestyle / vendredi, mars 8th, 2019

Croyez vous en la chance? ou bien juste en la malchance? Peut être croyez vous aux deux?
Vous est il déjà arrivé de vivre des événements où vous vous sentiez chanceux/malchanceux? Comme une bonne fée qui veillerait sur vous ou bien une affreuse sorcière qui vous en voudrait?

Pour ma part, je n’ai pas le moindre doute, je suis chanceuse. J’ai une bonne étoile.

J’ai d’ailleurs tellement de chance , que parfois mon entourage compte dessus.

Il m’est déjà arrivé de gagner à des tirages au sort, trouver de l’argent par terre à plusieurs reprises, retrouver in extremis mon portefeuille que j’avais perdu dans le train… J’ai également pu me sortir indemne de situation qui aurait pu très mal se finir. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis sentie chanceuse.

Elle fait intégralement partie  de ma vie.

Lorsque je suis allée à Bruxelles avec mon amoureux il y a de cela quelques années, nous nous sommes rendus chez un bouquiniste. Et là je suis tombée « par hasard » sur un livre de psychologie qui parlait justement de chance.  Intriguée dans un premier temps, je n’ai pu repartir sans lui !! Je voulais en savoir plus.

Ce livre récapitule différents mécanismes que j’avais développé avec le temps, sans m’en rendre compte.

Et je souhaiterais partager avec vous ces mécanismes afin de vous permettre de développer VOTRE potentiel chance.

C’est parti …

 

A) Disséquons la bonne étoile

1) Créer sa chance et tirer le maximum des occasions fortuites

Dans la vie, des occasions se présentent à chacun d’entre à nous. Certaines d’entre elles sont même susceptibles de littéralement changer notre quotidien.

Encore faut il pouvoir les déceler.

C’est parfois ce que l’on appelle « être au bon endroit au bon moment ». Selon le Dr Wiseman, cela n’est pas dû au hasard. Et je suis entièrement d’accord avec lui sur ce point.

Je cite ce monsieur : « il s’agit d’une attitude psychologique qu’auraient certaines personnes et qui les rendent plus susceptibles de créer ou de remarquer des occasions favorables et d’en tirer profit ».

En tant que personne « chanceuse » je valide cette définition. Il m’est à plusieurs reprises arrivé de chercher des réponses, une solution à un problème, une idée pour mener à bien un projet ou que sais je encore…dans ces cas là, j’active un mode particulier. Je suis aux aguets, plus ouverte et plus attentive à tout ce qui m’entoure.Tous mes sens sont en alertes. Et bien souvent , je ne tarde pas à trouver ce que je cherche.

Je vais vous donner un exemple concret: Nous habitions un T2 en plein centre ville dans une résidence. Nous étions au 3 ème étage. Le bruit des commerces à proximité, le peu d’espace (pour trois, et oui mon toutou aussi a besoin d’espace), des voisins bruyants, et j’en passe bref, nous avions envie de partir. Financièrement, nous avions atteins le maximum de ce que l’on était capable d’injecter dans un loyer et étions à la recherche d’ un T3 au calme (même ville ou non) avec un loyer similaire ou légèrement supérieur. Quand j’ai commencé à regarder ce qui se faisait , j’ai compris que cela n’allait pas être si facile.

Un après midi d’hiver, Nous sommes allés voir un membre de ma famille pour prendre un petit gouter et il est venu à nous parler au détour de la conversation de son projet de louer sa maison. Mais étant donné qu’il était un peu septique à l’idée de louer à des inconnus , il n’était pas sur que cela aboutisse. Nous lui avons fait part de notre idée de déménager et finalement puisque nos deux projets se rejoignaient nous avons décidé de faire affaire.

Résultat: Nous sommes donc passé d’un 53m² à un 75m² tout en restant dans la même ville, en ayant une pièce en plus, un garage et un jardin . Nous sommes dans une ruelle au calme pour à peine 40€ de plus que ce que l’on payait par mois… Qui dit mieux?

2) Avoir un réseau et l’entretenir

Le docteur met en avant que les personnes considérées comme chanceuses seraient plus extraverties que les autres.

Effectivement , être plus ouvert aux autres, permet de faire plus de rencontres et donc augmente les chances de faire de bonnes rencontres.

Cela va plus loin car il serait question de magnétisme social. C’est à dire que ces personnes attireraient davantage les autres vers eux. ( en clair, si quelqu’un doit demander l’heure dans la rue, ce serait vers ce type de personnalité qu’il se tournerait).

Mais quel est leur secret vous demandez vous? c’est simple. Ils auraient un langage corporel dit « ouvert ». C’est à dire qu’ils sourient davantage, ont le corps tourné vers leur interlocuteur, cherche leur regard, ont l’air plus gai. On sent qu’ils s’intéressent à la personne en face d’eux. Et qui y ‘a t-il de plus agréable que d’être réellement écouté?

En clair, le positif attire le positif. Plus on a l’air joyeux et ouvert, plus on rencontre de personnes, plus on parle de ses passions et de son travail et plus on a de chance de rencontrer un prospect, un contact , un client et donc de construire un réseau .

Je schématise bien sur mais l’idée est là.

Avoir un réseau c’est bien mais l’entretenir c’est mieux. Ces personnes font beaucoup d’efforts pour garder le contact ce qui demande de la sincérité et du temps. Mais qui sait si on aurait pas besoin un jour des services  de cet artiste que l’on a rencontré au cours d’une soirée et dont on a gardé le contact?

Exemple concret : Pour ma part, je ne me considère pas comme extravertie. Néanmoins, je n’ai aucune difficulté à nouer des liens. Il n’est pas rare que des inconnus s’adressent à moi pour obtenir un renseignement ou même partager une plaisanterie.

En revanche, il me tient à cœur de garder le contact avec les personnes que je croise et que j’apprécie.

3) Avoir une attitude détendue à l’égard de la vie

Dans ce chapitre, Le Dr Wiseman met en avant le principe que les personnes chanceuses sont plus détendues donc davantage attentives à leur environnement.

Elles ne se focalisent pas sur un élément en particulier mais voit les choses en leur totalité. Elles sont donc plus susceptibles de remarquer des détails intéressants, de récupérer une information dont elles ont besoin…
Avoir une attitude décontractée permet de ne pas encombrer son esprit avec les soucis. Et en prenant du recul, les choses nous semble parfois bien moins compliquées donc plus abordables.

Exemple concret n°1 : Pour ma toute première voiture, je recherchais un véhicule de type essence, maximum 1000€, en bon état et avec peu de kilomètres.
Vous vous dites mission impossible?
Je ne me suis pas triturer la tête. j’ai commencé mes recherches en étant détendue. Non seulement j’ai trouvé mon bonheur mais encore mieux que cela.
J’ai trouvé une Ford fiesta blanche , type essence, ayant moins de 50 000 klm parcourus, très bon état de marche (confirmé par un membre de ma famille mécanicien) et pour à peine 800€. Il s’agissait en fait d’un ancien véhicule ayant appartenu à la gendarmerie si je me souviens bien. Qui dit mieux pour se faire la main?

Exemple concret n°2 : Je pourrais  également vous citer la fois où un dimanche de bon matin (il devait être 9:30 max), nous sortions notre petite boule de poils, de manière très détendue, l’esprit serein. Soudainement, nous avons trouvé une liasse de billets au sol. Il y avait plusieurs billets de 20€ (une centaine d’euros en total me semble t-il )… Personne aux alentours. Nous nous trouvions sur une voie passante et avons été très surpris que cela n’ait pas été découvert avant.

4) L’ouverture d’esprit

Ce trait de caractère est très souvent remarqué chez les personnes dite « chanceuse ». Et pour cause.
Aimer la nouveauté, la variété, tenter de nouvelles expériences contribue à multiplier les occasions fortuites.
Là où certaines personnes se contentent de répéter inlassablement les mêmes actions , d’autres tentent de pimenter leurs vies et agrandissent leur horizon.

Qui dit horizon plus large dit occasions plus fréquentes. Tout simplement.

Exemple concret : C’est en me promenant à tout hasard, un samedi dans un magasin que je ne fréquente que peu (et encore moins le week end) que j’ai pu remarquer au rayon librairie ce magazine sur le tricot. Curieuse et Intriguée, je l’ai ouvert et ai commencé à le feuilleter. J’ai pu voir cet art créatif sous un autre angle.  Ce que je prenais pour une activité pour personne d’un certain âge (cliché !!!!) était en fait bien plus moderne que ce que je croyais. C’est grâce à ma curiosité et mon envie de toujours faire de nouvelles trouvailles que j’ai pu me découvrir une véritable passion pour les aiguilles et la laine. Si j’étais restée chez moi, je serais peut être passée à côté de cet univers que j’aime tant. Je ne serais peut être même pas ici aujourd’hui pour vous en parler.

B) Écouter son intuition

Pour moi, ce point est primordial. Pour autant, c’est facile à dire mais pas si simple à faire.

Qu’est ce que l’intuition? En théorie il s’agit de cette petite voix ou de ce sentiment parfois vraiment léger, à peine perceptible qui nous fait prendre conscience que telle action est bonne pour nous et que telle autre ne l’est pas.

Bien souvent c’est un message très subtil. Si subtil qu’on a vite fait de l’ignorer.

Je pense qu’il faut être un minimum bienveillant envers soi et avoir confiance en son jugement pour écouter ce murmure et le laisser nous guider.

C’est ce qui différencie les chanceux et les malchanceux. La première catégorie écoute ce ressenti et lui fait confiance, la seconde l’ignore tout en sachant au fond d’elle qu’elle a tort.

Exemple concret : Lorsque j’étais jeune adulte et que je construisais les premières fondations de ma vie, je faisais de l’intérim pour payer mon permis de conduire. Un jour, j’ai reçu un appel de l’agence d’intérim qui me proposait un poste (pour une fois dans la branche de compétences liée à mes études) pour deux semaines à plus de 40 klm de chez moi. J’ai proposé à l’agence de m’y rendre en train mais j’ai senti que mon interlocutrice n’était pas convaincu. Elle devait me rappeler. J’aurais pu passer outre et me dire qu’il ne s’agissait que d’un poste parmi tant d’autre. Mais  mon instinct me suggérait de rappeler et de broder pour obtenir le poste. J’ai donc rappelé sans tarder et annoncer que mon grand père me déposerait tous les matins. ( ce qui était totalement faux car il était hors de question que je lui impose ce trajet !!!).  Elle m’a confié le poste (Je m’y rendais tous les jours en train et j’étais très ponctuelle). De fil en aiguille on m’a proposé un CDD d’un an puis un CDI.

C) Attendre la bonne fortune et transformer le négatif en positif

1) Y croire

La première chose que fait toute personne chanceuse est tout simplement de croire en sa chance. C’est un état d’esprit.

Bien sur cela peut sembler simpliste. Mais connaissez vous une meilleure façon d’avoir ce que l’ont veut si ce n’est commencer par y croire?

On peut également voir cela comme la force de l’intention.

Tu y crois donc ça marche.

Je n’ai jamais perdu la foi en ma chance et elle a toujours été là quand j’ai eu besoin d’elle.

Ce qui nous amène à prendre en compte que les chanceux sont persévérants. S’il y a la moindre chance de réussite, aussi infime soit elle, ils tenteront.

Comme on dit  qui ne tente rien n’a rien. Je pense que c’est vraiment le fait de rester dans l’action et d’avoir confiance qui permet aux uns d’atteindre leurs objectifs alors que d’autres stagnent.

Exemple concret : Lorsque je préparais mon mariage, j’ai bien évidemment dû passer par l’étape : à la recherche des alliances. Nous avions deux contraintes. La première liée au coût . (Nous avions une somme en tête pour nos deux anneaux). Et la seconde, il fallait que ma bague de fiançailles et mon alliance s’accordent. Il ‘agissait d’un vrai défi.

Nous avons fait plusieurs boutiques, sans succès. Rien ne correspondait à nos critères. Malgré tout, je savais que ma chance n’allait pas tarder à me sortir de ce mauvais pas. J’y croyais dur comme fer.
Un matin, en me connectant comme chaque jour sur mariage.net, je vois que je suis invitée au salon de l’alliance. Il proposait les modèles de différents bijoutiers et l’offre du week end : une alliance achetée = une alliance offerte.

Pour moi, c’était une signe. Ni une ni deux j’organise mon samedi en fonction de cet évènementiel.
Nous n’avons pas regretté notre déplacement. Non seulement j’ai trouvé l’alliance de mes rêves mais en plus nous avons payé le maximum de notre budget pour une bague alors que les deux ont le même tarif.

2) Faire d’un mauvais sort sa bonne fortune

N’allez pas croire que les personnes qui se disent chanceuses ne vivent QUE des événements positifs. Car c’est faux.

De ce point de vue là nous sommes tous égaux. Nous rencontrons tous des déboires, des évènements imprévus, des contre temps, des échecs.

Mais ce qui différencie les « veinards » des « poissards », c’est leur capacité à voir le positif même dans le négatif. Ils prennent du recul et sont convaincus que l’issue sera positive dans tous les cas. Ils ne ruminent pas leurs échecs mais cherche à en tirer une leçon et à s’améliorer.

Exemple concret °1 :  J’ai eu un accident de voiture il y a quelques années. Ma voiture a terminé sa chute sur le toit. Tout s’est passé très vite et j’ai cru pendant un millième de seconde que j’allais mourir. Et pourtant, Je suis sortie de là saine et sauve. Mon mari lui a eu le pied écrasé (nous étions en été et les fenêtres du véhicule étaient ouvertes) mais il s’estime malgré tout chanceux de ne pas avoir eu le pied cassé ou bien plus de dégâts corporels.

Bien entendu j’étais contrariée de ne plus être véhiculé mais finalement nous nous en sortions pas trop mal donc je ne me suis pas attardée plus que ça à ruminer ce fâcheux évènement et je me suis rapidement mise à la recherche d’une nouvelle voiture.

3 mois plus tard, alors que je venais de retrouver un véhicule, j’ai eu un second accident. Cette fois ci ce n’était pas de ma faute, on m’avait refusé la priorité à droite. Loin de moi l’idée de me sentir malchanceuse même si je reconnais que ça fait beaucoup d’enchainer deux accidents à quelques mois d’intervalles et que  c’est toujours pénible de faire le nécessaire avec les assurances, de retrouver une voiture …
Malgré tout, ces deux mauvais sorts m’ont apporté une expérience très utile encore aujourd’hui. Le premier m’a appris à gérer mon stress au volant (oui j’ai raté le bon chemin, mais non je ne peux plus y aller donc  je continue et trouverais une autre solution), le second m’a appris à anticiper le comportement des autres conducteurs et j’ai évité grâce à cette expérience , bon nombre d’accidents je vous l’assure !!!

Exemple concret °2 : Une fois, j’avais postulé à un emploi de standardiste sur Paris. Je n’ai pas été prise et avais un peu été déçue mais en y repensant c’était une véritable aubaine. Quand je vois l’état dans lequel rentrait mon mari quand il travaillait sur la capitale… Le stress permanent et l’ambiance de cette ville… ça n’aurait pas fonctionné.

Exemple concret °3 : Lorsque j’ai rencontré celui qui allait devenir mon époux, j’étais déjà dans une relation. Je ne le voyais donc pas autrement que comme un ami. Lorsque mon petit ami de l’époque décida de me quitter, cela a vraiment été compliqué pour moi. J’ai cru que le ciel me tombait sur la tête (oui je sais , je suis très émotive). Cet ami m’avait avoué ses sentiments et me consolait comme il le pouvait. J’ai donc attendu que mon cœur soit prêt pour lui laisser sa chance. Et je ne le regrette pas car il s’agit de l’homme le plus formidable du monde.

Je ne regrette absolument rien. Je suis passée par une épreuve négative mais qui s’est au final révélé très positive.

BILAN

Finalement, tout cela n’est qu’une question de mentalité, de personnalité.
Personne ne vient au monde en étant béni ou maudit des dieux.
Rien n’est figé. Il ne tient qu’à vous de reprendre les rennes de votre vie.
A commencer par changer son mode de penser et son comportement. Bien entendu cela ne se fait en un jour, ce sera des petits efforts de tous les jours. Mais ça en vaut la peine.

Y croire est déjà un bon point de départ. N’oubliez pas que le positif attire le positif.

Je n’ai fait que  survoler le sujet , sinon cela ne tiendrait pas dans un article.
Mais Si cela vous intéresse, je vous mets en dessous les renseignements sur le livre qui m’a inspiré.

Notre capital chance du Dr Richart Wiseman (ISBN: 2-7096-2358-7)

Bonne réflexion et à bientôt

 

Gahonali

 

4 réponses à « Comment attirer la chance et être son propre porte bonheur? »

    1. Merci beaucoup de l’avoir lu 🙂
      Le simple fait de vouloir améliorer sa vision des choses est un premier pas. Peut être même le plus important. Après ce ne sera plus qu’une question d’entrainement.
      Un mental positif produit des sentiments positifs et attire des évènements positifs.
      CQFD.
      Et Pourquoi ne pas tenir un journal de gratitude et y noter toutes ces petites choses agréables que vous aurez remarqué?

  1. Euh comment ça  » le tricot est une activité pour personne d’un certain âge »??!!
    ^-^
    Article très sympa à lire. Tout cela semble hyper censé et c’est très bien illustré. Y’a plus qu’à!

    1. Hihi Oui je plaide coupable. Les préjugés sont parfois tenaces et j’ai osé leur apporter du crédit. Heureusement que j’ai pu aller au délà .
      Sinon je serais passé à côté d’un univers formidable. =)
      Merci d’avoir lu mon article. J’espère qu’il te sera bénéfique 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *